Black Sabbath “Paranoid”

18 octobre 2020

Il y a 50 ans sortait “Paranoid” de Black Sabbath ! Et si on disait que Black Sabbath est la source de “Metal” ?! Les riffs et le son de guitare de Tony Iommi, malgré quelques doigts en moins, vont installer le groupe au sommet des hauts fourneaux et vont engendrer le peuple “doomer”. Une pincée de sorcellerie et quelques chauve souris ivres plus loin, Black Sabbath est toujours présent. Quelle belle occasion de ressortir “Paranoid” en de multiples versions, agrémenté d’inédits, de vinyles et de bonnes vibrations pour les cages à miel. 

27 septembre 2020

Ne vous fiez pas au faciès de Bob Mould, qui ressemble à un agent du fisc sur un gros dossier. Dans les années 80, Bob Mould a sévi dans Hüsker Dü, un groupe de punk hardcore flamboyant. C’est avec une certaine fierté qu’il nous présente « Blue Hearts » son nouvel opus, il a raison car le temps n’a pas d’emprise sur lui, c’est punk, punchy et frais comme au bon vieux temps. Un régal ! 

30 août 2020

Un nouvel album de Marilyn Manson arrive, « WE ARE CHAOS » en majuscule s’il vous plait, haut et fort, peint avec des mots, car ne nous y trompons pas, Marilyn Manson est un artiste, un artiste polymorphe. Musicien, acteur, peintre, témoin les multiples références de son dernier clip video « WE ARE CHAOS ».

Je n’ai écouté que le premier single mais une lumière noire découpe au loin les contours de The Beatles revenant des ténèbres. Impatient d’écouter la suite de cet écho venant de l’autre côté du miroir. 

Sortie le 11 septembre

11 juillet 2020

Guitares distordues et saturées, voix aériennes voire éthérées, tel le “shoegaze”, un style musical anglais apparu à la fin des années 90. Les porte-drapeaux sont Ride, Jesus & Mary Chain, My Bloody Valentine, Slowride, si tout cela vous manque, empressez-vous d’écouter « Bedroom » l’impeccable premier lancement de BDRMM. 

14 juin 2020

Mes oreilles trainent sur Fontaines D.C. depuis leur premier album “Dogrel” en 2019. J’ai succombé au post-punk de ces irlandais, je les ai joués à maintes reprises dans Pop Rock Station sur RTL2. Un peu plus d’un an plus tard, ils sortent “A Hero’s Death” et viennent trainer sur les plates-bandes de Arctic Monkeys, grand bien leur fasse ! Et puis un groupe qui enfante deux bons albums en si peu de temps c’est plus que respectable non ?

Sortie le 31 juillet 2020.

1 juin 2020

Patron, prononcé à la Escobar, sort « Patron ». Ça sent la poudre, la poussière, la cerveza, le mescal, et le gros bourre pif en pleine face. Faut dire qu’au bar, El Patron a invité quelques gâchettes du stoner, Queens Of The Stone Age, Kyuss, Aston Villa.

C’est imparable, c’est Franco/Death Valley, une sacrée bande originale pour partir sur la route avec deux Colt 1877 Double Action Lightning/Thunderer à la ceinture, chargés de bonnes intentions of course.

Preparez-vous, sortie le 19 juin 🙂

24 mai 2020

Toujours curieux de voir comment certains artistes peuvent tordre « A Forest » de The Cure. Il y a eu la version électro down tempo de Steven Wilson, la version bossa nova Hotel Costes de Nouvelle Vague, la très pop in jazz de Pierrick Pédron, voici la version Nosferatu Walking Dead de Behemoth.

Âmes sensibles contentez-vous du son, je vous aurais prévenu pour les images.

18 mai 2020

Après l’immense succès de “Such The Shame » et « It’s My Life », Talk Talk sort en 1988 un album fou, loin des titres calibrés, loin des exigences de la maison de disques.

Cet opus est expérimental et suicidaire, ce sera le dernier avec EMI. C’est une bande son, une musique de film qui se balade sur la plage de Honfleur l’âme d’Erik Satie au revers de l’inspiration. Quelle magnifique mélancolie, avec les demie-teintes de trompette bouchée like Chet Baker, et ces cordes lacrymales, cet harmonica parfois au bord du gouffre.

Quel curieux sentiment à la réécoute, comme l’impression que Massive Attack y est venu puiser une partie de son inspiration, que le trip hop est un peu né dans le creuset de ce « Spirit Of Eden » de Talk Talk.

4 mai 2020

Incroyable ! Voilà bien longtemps que je n’avais pas voyagé dans une contrée aussi sauvage ! Quand je dis sauvage, c’est la bataille d’Azanulbizar, la bataille de la Porte Noire et le siège de L’Isengard réunis !

Ulcerate “Stare Into Death and Be Still” c’est du Metal extrême néo-zélandais, comme prendre un thé avec un uruk-hai en essayant de lui chourer sa montre, c’est inconscient !

Ce qui est dingue dans cette histoire c’est la finesse cachée dans une éruption majeure de son. Croyez-moi, L’Anneau va prendre cher !

27 avril 2020

Qui n’a pas été un peu amoureux de Stevie Nicks, dans les années 70… Je le suis depuis l’album “Buckingham / Nicks” sorti en 1973, puis ensuite avec Fleetwood Mac, et en solo.

Comment expliquer un attachement si fort ? Des compositions, oui bien sûr, mais c’est certainement sa voix qui m’a embarqué. 

“Bella Donna” sort en 1981, un album rempli de titres imparables, d’une sensualité jusqu’au creux du sillon, pas de CD, ni de MP3 à cette époque. Quelque chose nous lie à vie, elle et moi, sommes nés un 26 mai.